Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, documentation, dossiers, forum, formulaire pour participer au site,...
Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,... Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,...
Une action de l'association
Liste de discussion
Pour échanger par email, de manière conviviale, sur tout ce dont parle le site, inscrivez-vous :

Actualités

BioEco diffuse une actualité glanée sur les divers médias Internet, courrier, journaux... N'hésitez pas à nous faire parvenir une information que vous estimez importante de partager avec les autres membres du site ! Pour cela, contactez-nous.


   Procès du Round Up : 15.000 euros d'amende requise contre Monsanto
Date de publication : Dimanche 17 Décembre 2006 à 19H12:13
Déjà 2577 personnes l'ont lu   

Une amende de 15.000 euros a été requise vendredi à l'encontre du géant américain de l'agrochimie Monsanto, poursuivi pour publicité mensongère pour son "Round Up", premier désherbant vendu dans le monde, devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 26 janvier.

Jean-Pierre Princen, ancien président de Monsanto Agriculture France, dont le siège est à Bron (Rhône), était poursuivi pour avoir présenté, à tort selon les plaignants, l'herbicide comme "biodégradable" et laissant "le sol propre" après usage.

Basée à Ecully (Rhône), la société Scotts France, qui distribue le Round Up et dont le responsable était absent à l'audience vendredi, est poursuivie pour les mêmes faits. Le procureur a également requis une amende de 15.000 euros contre le responsable.

"L'association des termes +biodégradable+ et +laisse le sol propre+ sur les étiquettes du désherbant donne une image écologique au produit, rassurant le consommateur quant à son utilisation", a souligné Maryline Saleix.

"Ces notions laissent à penser que la dégradation du produit est quasi-instantanée, or ce n'est pas le cas: au bout de dix semaines, il reste encore la moitié des résidus" de glyphosate, principale matière active du Round Up, a ajouté Mme Saleix.

Le tribunal, qui a reporté à deux reprises le procès, avait été saisi en 2000 à la suite d'un rapport de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et d'une plainte des associations Eau et rivières de Bretagne, et Consommation logement et cadre de vie (CLCV).

Les débats ont principalement tourné autour de la toxicité éventuelle du désherbant et du temps qu'il met à se dégrader dans l'environnement, ainsi que sur la portée des messages publicitaires et des étiquettes apposées sur le produit.

Selon les associations qui se sont constituées parties civiles, le glyphosate est classé "dangereux pour l'environnement" et "toxique pour les organismes aquatiques" par les autorités européennes.

"Ce qui est grave et qui rend cette affaire exemplaire, c'est qu'on utilise une image propre pour vendre un produit et rendre le consommateur responsable à son insu de la pollution des eaux", a dénoncé Me Alexandre Faro, avocat d'Eau et rivières de Bretagne.

Pour la défense, la gamme Round Up, qui a toujours été homologuée et autorisée à la commercialisation par les autorités européennes et françaises, ne présente pas de danger pour l'environnement.

"Après utilisation du produit, le sol est propre pour son usage, comme l'est une chemise après avoir été lavée: même si elle contient encore du détergent, il n'empêche qu'elle est propre pour l'usage que l'on veut en faire", a expliqué Me Robert Saint-Esteben, avocat de M. Princen.

Source : http://www.afp.fr

Les internautes réagissent :

 De valentina, le Lundi 03 Septembre 2007 à 14H12:17

coucou !!! c'est ma maman -Mme SALEIX- qui est le procureur dans cette affaire !
je me souviens très quand elle m'en a parlé a la maison du dossier Rond Up !!!

Bizou - Valentina (12 ans)
 De Fabienne, le Lundi 18 Décembre 2006 à 15H35:20

Enfin des procès contre la publicité mensongère sur l'environnement, il y en a tellement sur ce thème. Une seule chose m'inquiète : comment Monsanto va faire pour payer rune amande aussi importante qui doit au moins représenter une goute d'eau dans l'ocean d'argent que représente le Roundop? Je rigole bien sure, mais cela n'est pas drôle des amende aussi faible ne peuvent à mon avis pas faire changer ces pratiques qui reste très rentable.




Consultez toutes les actualités


Contact | Mentions légales | Partenaires | Com' | Participer | © Un grain de sable 2008